Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citation 1

"Quand on aime la vie, on ne lit pas. On ne va guère au cinéma non plus d'ailleurs. Quoi qu'on en dise, l'accès à l'univers artistique est plus ou moins réservé à ceux qui en ont un peu marre."

Michel Houellebecq

Recherche

Citation 2

"Il n'est pas possible que, de gens qui ont besoin de parler et de gens qui ont besoin d'entendre, ne naisse pas un style"

Lopez dans L'espoir, d'André Malraux
29 décembre 2004 3 29 /12 /décembre /2004 00:00

Le métro parisien est une vraie chance pour tout être un peu curieux et refroidi par le quotidien. Chaque matin, chaque soir, y défilent des personnages plus étranges les uns que les autres.

Ce matin, c'est une femme qui a éveillé mon intérêt. La trentaine légère, petite, brune, coupée au bol. Assez vilaine, mais pas trop. Elle tient dans sa main gauche un parapluie d'enfant, rouge. Une fois entrée dans la rame, elle a poussé comme un cri d'oiseau et j'ai levé les yeux. Elle penche la tête vers l'avant, les yeux tournés vers le sol et le sourire aux lèvres. Elle pousse des petits cris : "Gouzi-gouzi-gouzi". Je suis surpris ; je réfléchis...

Je suis trop bête : elle s'adresse à un enfant ! A un enfant trop petit pour que je puisse l'apercevoir depuis mon siège. Elle lui sourit, lui fait des mines, feint de le réprimander en agitant son index tendu. Elle garde les yeux tendus vers l'enfant, multiplie les "gouzigouzi" et les "trouloulou-loulou" à son intention. Je n'entends pas l'enfant rire en retour. Par moments, la jeune femme se fige en une attitude préoccupée. Puis le manège reprend.

Je ne les ai pas vus entrer ; j'ai hâte de les voir sortir. Je veux savoir si c'est une petite fille ou un petit garçon qui l'accompagne. Vu le parapluie rouge, je parie sur une petite fille.

Mais la jeune femme sort seule à la station Etienne Marcel.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jonathan LAGIER - dans Pensées variées et avariées
commenter cet article

commentaires

Caro 25/01/2006 20:17

J'ai croisé une dame d'une soixantaine d'année tout à l'heure sur la ligne 5... Elle monte, et commence à parler dans une langue que je ne parle pas, très fort, en faisant des allers et venues dans le wagon. J'ai cependant compris deux noms au milieu de son discours : Sarkosy et Poutine. Vraisemblablement elle parlait de politique, dans une langue que je n'ai même pas reconnue. Puis elle est descendue, en "dansant", et en agitant ses bras dans tous les sens. Une fois les portes refermées, elle a continué à travers les vitres à hurler et à bouger dans tous les sens... Puis le métro est reparti. Les gens à côté de moi souriaient, et disaient "la pauvre"...
Il est vrai que l'on cotoie beaucoup de cas sociaux dans le métro et dans la ville de Paris en général. De quoi raconter des anecdotes comme celle-ci tous les jours.

toto 08/01/2006 09:06

hello, ton site est bien fait et intéressant. Cette femme faisait peut-être des gouzis à un enfant qui n'était pas à elle... :)ça m'arrive souvent....A+

David 31/12/2004 23:42

Ah, si c'est plus possible de gronder la fille de l'homme invisible , ou va le monde !

Reastorm 30/12/2004 13:29

Non, je n'ai pas eu la chance de croiser cette dame mais il faut bien l'admettre, le METRO est un lieu de découvertes et de rencontres uniques. Nous sommes un jeudi, comme souvent je grimpe dans la ligne 4 direction les halles (serait-ce la ligne à emprunter). A la Station Chateau d'eau, un homme portant un chapeau melon et une canne (oui dis comme ça, ça rappelle un film) montre dans le wagon déjà bien rempli. Pour commencer j'ai trouvé très curieux qu'il se retourne vers le quai pour sommer de façon autoritaire un certain Gaspard de le suivre mais finalement pourquoi pas ? Je jette un oeil, je ne vois rien, nous continuons notre route. Subitement, l'homme se raidit, jette un regard noir à un pauvre gars qui essayait tant bien que mal de rentrer sa petite valise dans le wagon et lui lance froidement une phrase du genre "Vous avez failli écraser la queue de Gaspard" Mais qui est ce Gaspard ??? Je suis descendu aux Halles, tentant de ne pas écraser un Gaspard que je n'ai jamais vu. Chose positive, une idée supplémentaire quand on est scénariste.