Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Citation 1

"Quand on aime la vie, on ne lit pas. On ne va guère au cinéma non plus d'ailleurs. Quoi qu'on en dise, l'accès à l'univers artistique est plus ou moins réservé à ceux qui en ont un peu marre."

Michel Houellebecq

Recherche

Citation 2

"Il n'est pas possible que, de gens qui ont besoin de parler et de gens qui ont besoin d'entendre, ne naisse pas un style"

Lopez dans L'espoir, d'André Malraux
5 novembre 2004 5 05 /11 /novembre /2004 00:00

Au Parc de la Tête d'Or, à Lyon, on peut se promener.

On erre dans une atmosphère agréablement surannée, au milieu des barbes à papa, des manèges et des tricycles.

Et au détour d'un buisson, on se retrouve face à des girafes ou à des crocodiles. Enfermés derrière une grille, derrière une vitre.

La poésie s'éloigne lorsqu'on s'approche de l'enclos des éléphants. C'est terrible. Les gens s'arrêtent, regardent et rient. Alors on s'arrête, on regarde et on rit. On rit au début mais le rire cesse bien vite. Pourquoi rit-on et pourquoi cesse-t-on de rire ? Parce qu'on observe l'attitude surprenante des éléphants captifs.

Il y a deux éléphants qui font du surplace, qui trépignent sur trois de leurs pattes. Il regardent dans le vide. Et ils balancent la tête de gauche à droite, à un rythme régulier, sans interruption. Et leur trompe se balance de gauche à droite, à un rythme régulier, sans interruption. L'inertie est totale et effrayante.

Au début, on croit à un spectacle de dressage bien rodé, histoire d'amuser les enfants. Mais cela dure trop, cela n'en finit pas de durer. Alors on comprend. On comprend que ces éléphants sont devenus fous. On comprend et on souffre, puis on repart en tournant le dos aux éléphants neurasthéniques.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jonathan LAGIER - dans Pensées variées et avariées
commenter cet article

commentaires

Hipnose Nae 08/06/2006 21:00

Si plus personne n'allait dans les zoos se réjouir de la captivité de ces esprits libres que sont les animaux, on leur ficherait enfin la paix!

Bobmit 20/11/2005 12:32

Pour avoir fait un reportage sur les animaux au parc de la tête d'or il y a quelques années, je voudrais apporter mon expérience à cet article. (Le mouvement des éléphants m'avait également choqué au début.)

Ce mouvement est du à la stéréotypie :
Tendance à conserver la même attitude ou à répéter le même mouvement ou les mêmes paroles. (http://www.med.univ-rennes1.fr/sisrai/dico/909.html).

Explication de leur maitre : les éléphants du parc étant de vieux animaux de cirque, ils ont gardé les automatismes de leur longues années de forains. Toujours selon lui, ils ne souffrent pas et ne font que ce qu'on leur a toujours appris de faire. Bon, là sur la souffrance, c'est lui qui le dit. Toujours est il qu'ils continuent ce mouvement une fois retournée dans leurs "cages" (le gros bounker derrière)...

Cela dit, ce même gardien les adore et les chouchoute plus que certains maitres de chien que l'on voit frappé en pleine rue. Cet homme est d'une douceur rare, un vrai amoureux de la nature et les éléphants sont trés trés bien traités. (Le gros s'appelle Java, une femelle à l'age canonique qui ne suporte pas la présence des deux jeunes, d'où sa mise à l'écart.)

Le zoo, c'est un peu la maison de retraite des animaux.

flordetuxtla 06/11/2005 23:20

j'ai eu la même impression au zoo de Bâle (suisse). le tigre longeait sans cesse un des grillages de son étroit enclos, juste en dessous de l'écriteau précisant qu'il y a actuellement plus de tigres vivant en captivité qu'en liberté. et chirac se promène toujours...

sophie 02/11/2005 00:08

je les ai vu aussi. Seul point morose de ce parc immense aux verrières magnifiques : son zoo. Mais quand interdira-t'on définitivement les zoos?

alice 19/10/2005 11:44

C'est exactement ce que je me suis dit... Ces éléphants me crèvent le coeur. Mais toi petit parisien que faisait tu à Lyon ? Tu sais c'est marrant parce que j'ai lu ton message sur les Cradocs (les cartes à gratter qui puent) j'en avait qd j'étais petite, c'était trop drôle ! tu sais si ça existe encore ? Et je est ce que tu sais si les bonbons acidulés qui grésillent et explosent dans la bouche existent encore. Je n'en trouve pas... ben voilà, j'aime bien les petits plaisirs régressifs.