Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Citation 1

"Quand on aime la vie, on ne lit pas. On ne va guère au cinéma non plus d'ailleurs. Quoi qu'on en dise, l'accès à l'univers artistique est plus ou moins réservé à ceux qui en ont un peu marre."

Michel Houellebecq

Recherche

Citation 2

"Il n'est pas possible que, de gens qui ont besoin de parler et de gens qui ont besoin d'entendre, ne naisse pas un style"

Lopez dans L'espoir, d'André Malraux
8 avril 2005 5 08 /04 /avril /2005 00:00

J'ai entendu la réponse à cette question sur RFI ce matin, dans l'émission de Juan Gomez : il n'y a pas de règle d'attribution des prénoms pour les papes. Seul le numéro est imposé par le passé.

En fait, ce sont les pontifes qui choisissent eux-mêmes leur prénom. Seule contrainte, un pape fraîchement élu doit changer de prénom. Exemple : si à la suite d'une erreur administrative, je deviens pape, je ne pourrai pas me faire appeler Jonath Ier. Il faudra que je choisisse un prénom (encore) plus ridicule, du genre Pie, Urbain ou Boniface.

Jean-Paul Ier, l'éphémère prédecesseur de Jean-Paul II aurait choisi ce prénom composé (une première dans l'Histoire de la papauté) comme la juxtaposition de Jean (XXIII) et Paul (VI) qui étaient ses prédecesseurs.

Jean-Paul II aurait choisi Jean-Paul pour rendre hommage à Jean-Paul Ier.

C'est pas terrible comme explication, mais ça a le mérite d'être honnête. Le Vatican cache moins de secrets qu'on voudrait le croire.

Pour plus de précisions, cf. l'article du Figaro.

Repost 0
29 mars 2005 2 29 /03 /mars /2005 00:00
Souvenez-vous de Jacques Cheminade. Cet homme illustre et trop vite oublié était candidat à la présidentielle de 1995. Il avait obtenu le score honorable de 0,28% des voix. Autrement dit, près de 85.000 personnes avaient quand même voté pour lui. Respect...

Mais que devient ce brave homme ? J'ai obtenu la réponse sans avoir à me poser la question en tombant par hasard sur une dépêche AFP :

AFP, 9 février 2005 [Extraits]

LYON - La cour d'appel de Lyon a confirmé mercredi la condamnation à 15.000 euros d'amende de Jacques Cheminade, président du Mouvement Solidarité et Progrès, poursuivi pour diffamation après un tract contre le ministre de la Justice Dominique Perben.
[...]
En première instance, M. Cheminade, responsable ce petit parti politique, avait été condamné à 15.000 euros d'amende pour diffamation. Eric Sauzé, responsable du parti à Lyon, organisateur de la distribution du tract dans la ville, et à ce titre poursuivi pour complicité, avait été condamné à 10.000 euros d'amende. Cette peine a également été confirmée en appel.

Intitulé "Vous avez dit collaboration ?", le tract mis en cause présente en parallèle les photos d'une poignée de main entre le ministre de la Justice et son homologue américain d'alors, John Ashcroft, et celle échangée entre Adolf Hitler et Philippe Pétain à Montoire, et dénonce la loi Perben II comme une réponse aux exigences du FBI.
[...]
Jacques Cheminade a exprimé son intention de se pourvoir en cassation.

Repost 0
15 mars 2005 2 15 /03 /mars /2005 00:00

Erratum : cet article contenait des informations visiblement erronées. Il a été corrigé en conséquence.

Depuis l'avènement de MC Solaar, on sait tous que les cartes à jouer sont réparties en quatre couleurs : trèfle, pique, cœur, carreau.

Ces couleurs ont remplacé les emblèmes qui figuraient sur les cartes du Moyen-Age et qui représentaient les accessoires des Sarrasins et des Croisés. A savoir : le cimeterre ou l'épée, le bouclier ou l'écu ou le denier, la coupe, le bâton.

Le lien visuel entre l'épée et le pique semble assez clair : le pique aurait donc remplacé l'épée.

En ce qui concerne l'écu ou le denier, on est progressivement passé d'une symbolique militaire à une symbolique monétaire : le bouclier est devenu pièce de monnaie. Certains évoquent l'hypothèse selon laquelle le carreau (en anglais : "diamond") représenterait un diamant, donc un symbole à valeur monétaire.

Beaucoup affirment que la coupe est devenue le cœur. Pour comprendre ce glissement, on peut penser à l'interprétation suivante : la coupe des Croisades contient le sang du Fils de l'Homme ; le cœur contient celui de tous les hommes.

Enfin, le bâton (parfois la massue) serait devenu le trèfle (en anglais, le trèfle des cartes à jouer se nomme "club", autrement dit "bâton"). Peut-être pour des raisons végétales... Le trèfle aurait poussé au bout de la branche...

Pour info, les cartes espagnoles et italiennes d'aujourd'hui restent assez semblables aux cartes moyenâgeuses :

 

Repost 0
7 mars 2005 1 07 /03 /mars /2005 00:00

Autrefois, le routard (celui du Guide du routard) portait la moustache, mangeait des sandwiches et dormait dans des auberges miteuses. Depuis, le routard s'est embourgeoisé, il fréquente des hôtels chics et boit de la soupe de fraises. Pire qu'un bobo, le routard est devenu un jeune bobo : il n'a plus de moustache !

Depuis quand ? Depuis l'édition de l'an 2000. La preuve en images :

 

Repost 0
3 mars 2005 4 03 /03 /mars /2005 00:00

A la fin du XVe siècle, de nombreux juifs furent chassés d'Espagne et beaucoup vinrent trouver refuge un peu partout en Europe. Ce fut notamment le cas à Venise. Les "gens qui sont nés quelque part" étant toujours bienveillants et bien accueillants, les Vénitiens proposèrent de parquer la population juive un peu à l'écart au nord de la ville. Les autorités vénitiennes instituèrent donc en 1516 une zone d'habitation séparée pour la communauté juive, dans le quartier du Cannaregio.

Cette zone abritait à l'époque une fonderie, utilisée pour construire des canons. Or en vénitien, une fonderie se nomme un "getto" (proncez "djetto"). De nombreux juifs, eux, prononcaient le terme "guetto", ce qui en italien s'orthographie "ghetto".

Ainsi naissait à Venise le premier ghetto de l'Histoire. Il devait donner son nom à tous les autres.

Repost 0
21 février 2005 1 21 /02 /février /2005 00:00

Dans mon entourage proche, nombreux sont celles et ceux qui fêtent leur anniversaire en novembre ou en décembre. Je me suis demandé si cette tendance pouvait se généraliser à la population française.

Lorsqu'on naît en novembre-décembre, c'est qu'on a été conçu en février-mars, à la fin de l'hiver, bien au chaud sous les couvertures. Mais y a-t-il réellement des mois de prédilection pour donner la vie ?

Lorsqu'on observe les statistiques de l'INSEE, on se rend compte qu'il y a bien une saisonnalité des naissances : autrement dit, le nombre moyen de naissances quotidiennes diffère largement d'un mois à l'autre. Cependant, mon entourage ne reflète pas du tout la population française. 

Depuis 1993, le mois de novembre est en effet le mois le moins fécond, le mois le plus fécond étant le mois de juillet. Cela s'est du moins confirmé jusqu'à la fin des années 90 (je n'ai pas trouvé de données plus récentes).

A noter : en 1966, c'était le mois de mai qui était le plus fécond. Il y a 40 ans, on avait donc tendance à concevoir à la fin de l'été, l'esprit libre et bien réchauffé. Depuis 10 ans, on a tendance à concevoir en octobre (mois pourtant peu excitant), ce qui m'étonne. De là à penser que les mères planifient une naissance au début de l'été afin que leur congé maternité ne nuise pas trop à leur employeur... Il faudrait se poser des questions sur la sécurité de l'emploi des femmes enceintes...

Repost 0
9 février 2005 3 09 /02 /février /2005 00:00

Ceci est un appel au secours.

Avant, je me la pétais en disant : "Ouiii, euh... CGT, c'est l'acronyme de Confédération Générale du Travail." (On se la pète comme on peut...)

Mais j'avais tort. Car c'est un sigle et non un acronyme. Quelle différence ? Une différence de prononciation.

Prenons l'exemple de l'ONU. Si je prononce les initiales lettre par lettre ("eau-haine-hue"), alors je fais usage d'un sigle. Mais si je prononce ce sigle syllabe par syllabe, comme un mot normal ("eau-nue"), alors j'emploie un acronyme. Exemples d'acronymes : sida, ovni, sonar, lylo, maaf, gan, losc, etc.

Pitié, aidez-moi à collectionner le maximum d'acronymes, pour que je puisse continuer à faire le malin en public.

Repost 0
8 février 2005 2 08 /02 /février /2005 00:00

On trouve plusieurs explications contradictoires dans la littérature et sur Internet. Une seule chose est sûre : à l'origine le symbole comportait deux barres verticales, alors qu'aujourd'hui, par mesure de simplification, il n'en comporte officiellement qu'une.

Quant à l'origine du symbole, les avis divergent.
D'aucuns prétendent qu'on serait passé du sigle US au symbole $.
D'autres avancent l'hypothèse selon laquelle ce symbole $ dérive du chiffre 8. En effet, la pièce d'un dollar espagnol était appelée "pièce de huit" car elle valait 8 reales (le real étant une unité de monnaie espagnole au XVIIe siècle).

J'aime beaucoup une explication plus imagée : sur les pesos espagnols étaient gravées les colonnes d'Hercule. Cette monnaie transatlantique était connue en Amérique du nord sous le nom de "pillar dollar" (le dollar aux colonnes). Autour des colonnes était enroulé un vague drapeau, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous. Et cette illustration serait à l'origine du symbole du dollar.

D'après les dictionnaires Oxford, c'est beau mais c'est faux. Selon eux, la véritable origine de ce symbole consiste en une déformation scripturale du mot "pesos" abrégé Ps dans la littérature hispano-américaine du XVIIIe siècle. De là à y voir un lien entre le parti socialiste et le symbole du capitalisme...

Repost 0
31 janvier 2005 1 31 /01 /janvier /2005 00:00

Depuis mai 2003, la marque Perrier propose une nouvelle version de sa célèbre eau. Il s'agit de l'Eau de Perrier (à ne pas confondre avec l'eau Perrier), "finement pétillante", avec de "petites bulles légères".

D'où cette question légitime : comment font-ils pour choisir la taille des bulles ?

La réponse du service consommateurs de Perrier est simple : les bulles ont la même taille que dans le Perrier classique ; mais il y en a moins.

L'eau Perrier est naturellement gazeuse à la source. Pour produire le contenu des bouteilles qui sont commercialisées, on commence par séparer l'eau et le gaz. Puis on enrichit l'eau avec le gaz de la source (en réinjectant dans l'eau la quantité de gaz voulue).

Taux de gaz dans le Perrier classique : 7 g/L
Taux de gaz dans l'Eau de Perrier      : 5 g/L

Voilà la seule différence. Voilà comment s'explique cette impression de bulles fines. Une belle arnaque, donc.

Repost 0
27 janvier 2005 4 27 /01 /janvier /2005 00:00

Au-dessus de tous les bureaux de tabac, on voit un truc de ce genre :

Que représente cette forme rouge et oblongue, si communément adoptée comme enseigne par les buralistes de tous bords ?

Une première certitude : il s'agit d'. C'est du moins par ce nom qu'elle est usuellement désignée. L'origine de ce symbole s'explique par le fait qu'un morceau de carotte placé dans un paquet de tabac aide à conserver sa fraîcheur...

... c'est bien rigolo comme explication, mais c'est totalement faux ! A ce titre, je vous conseille la lecture d'un petit ouvrage intitulé C'est beau, mais c'est faux, qui recense pas mal de légendes de ce genre (je ne crois pas que celle-là y figure).

La vérité vraie, c'est que le tabac était à l'origine produit et vendu sous forme de petits rouleaux de quelques centimètres de long. Rouleaux que l'on devait râper aux extrémités pour récupérer les feuilles de tabac (à mâcher ou à fumer). D'où cette allure de "carotte". L'expression "carotte de tabac" figure d'ailleurs dans tous les bons dictionnaires. Ce mode de consommation du tabac a perduré un temps chez les fumeurs de pipes et les chiqueurs. Mais depuis les années trente, la carotte de tabac n'est plus visible que sur les enseignes des buralistes, dans une version stylisée.

Repost 0